LE GRAND GUIDE DE L’ASTRONOMIE

LE GRAND GUIDE DE L’ASTRONOMIE

Ouvrage collectif

Éditions Glénat

Sortie : avril 2019

Niveau de difficulté : 2/5

9782344035634-001-T

          Voilà un livre que j’attendais de lire avec impatience ! Un guide de l’astronomie, que j’imagine parfait pour débuter en astronomie, le tout préfacé par Hubert Reeves qui est une référence en matière de vulgarisation scientifique, et en plus, cette nouvelle version a été revue et mise à jour. Que demander de mieux ??

Alors, est-ce que ce guide est à la hauteur des espérances que j’ai placées en lui ? Éléments de réponse ci-dessous…

Commençons par le début, à savoir le sommaire, qui parfait donne de suite une indication sur la qualité de l’ouvrage… Ici, tout à l’air logique. On commence par le système solaire avant de partir pour les étoiles, puis les galaxies, avant d’en apprendre plus sur les constellations. Une dernière partie est consacrée aux technologies spatiales.

Cette première partie débute par des photos en double page. La première me laisse de marbre. Une illustration assez basique des éruptions solaires. Quand on voit les photos qu’il est possible d’avoir, il est vraiment dommage d’avoir placé une illustration ici. La suite est mieux. Ces photos sont plus des focus de choses que l’on peut trouver dans le système solaire. Ce n’est pas ce qui me viendrait immédiatement à l’esprit pour l’illustrer, mais pourquoi pas.

Dans la seconde partie de ce chapitre, on y décrit un peu plus précisément tout ce qu’on trouve dans notre proche environnement. Et là, je commence à me poser quelques questions.

Pour une édition mise à jour, je trouve que le dépoussiérage n’a pas été poussé assez loin. En effet, plusieurs éléments donnés me paraissent quelque peu obsolètes. La mission Ulysses pour le Soleil (1990-2009), pas d’image de Pluton alors que New Horizons est évoquée, et on ne parle même pas de Rosetta sur la double page consacrée aux comètes. Je trouve cela un peu dommage. De plus, les images choisies pour les illustrations sont, à mon goût, par les meilleures qui puissent être. Les textes cependant sont relativement justes.

Les parties consacrées aux étoiles et aux galaxies sont satisfaisantes dans leur ensemble et la construction de ces parties est relativement logique. Cependant, mêmes remarques que précédemment, les images sont vraiment mal choisies pour certaines. Il suffit de regarder les images de deux amas d’étoiles dans la double page qui leur est consacrée pour s’en convaincre…

Passons ensuite à la découverte des constellations. C’est une partie sur laquelle je mise énormément car il constitue une partie importante du livre et peut être une forte motivation d’achat pour un astronome amateur débutant.

Au final, j’en suis plutôt déçu et je vais vous dire pourquoi de manière un peu plus argumentée.

Premier point : le classement des constellations se fait par ordre alphabétique. Ce qui fait que l’on mélange complètement les constellations australes et boréales. Alors certes, l’hémisphère auquel elles sont rattachées est précisé, mais je trouve qu’il y a une perte de cohérence.

Ensuite, je trouve qu’on fait un focus bien trop important sur les étoiles dominantes. Certes c’est intéressant, mais sur une page par constellation, il aurait sans doute été plus intéressant d’augmenter le volume consacré aux objets célestes. Je trouve également qu’il manque une double page, pas plus, qui aurait pu être consacrée à quelques définitions utiles, comme les magnitudes par exemple.

Les photos : c’est parfois une catastrophe. La photo de M31 dans la constellation d’Andromède est complètement cramée et jaune… Et ce n’est malheureusement pas la seule !

Pire encore, certaines images ne correspondent pas à leur légende ! Par exemple, dans la page consacrée à Céphée, une photo de galaxie a été insérée avec pour légende « M30 est un amas globulaire de magnitude 8… ». Idem pour Ophiucus dans lequel un amas globulaire est représenté par une nébuleuse planétaire ou encore pour M33 dans la constellation du Triangle…

Pour une version revue et mise à jour, je trouve qu’autant d’erreurs et d’imprécisions est dommageable…

Arrive la partie consacrée aux technologies spatiales. Pour le cinquantenaire d’Apollo XI, c’est plutôt bien pensé d’y avoir consacré une petite partie. On y trouve également des pages consacrées à Curiosity, Juno, Gaïa, le HST… et même 8 pages consacrées à Rosetta !

Mais pourquoi ne pas les avoir intégrées dans les parties consacrées aux planètes ? Elles auraient trouvé toute leur place à cet endroit. Dommage aussi de ne pas parler du JWST, futur remplaçant de Hubble et qui est attendu avec beaucoup d’impatience (l’assemblage vient de se terminer pour un lancement prévu en 2021. Il devra à terme remplacer le HST).

Mon avis : J’attendais la lecture de ce livre dans lequel j’avais placé beaucoup d’espoirs. Je suis au final un peu déçu pour toutes les raisons que j’ai expliqué ci-dessus. Surtout lorsqu’est inséré un bandeau « version mise à jour ».

Les textes sont globalement très satisfaisants, mais cela ne suffit pas pour rattraper les étourderies que j’ai pu relever. Vraiment dommage car avec cela aurait pu être un super guide de l’astronomie…

Pour ne rien manquer de l’actualité du site et des nouvelles parutions, abonnez-vous ! 😉 Et retrouvez Astrobook21 sur Facebook et Instagram.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s