L’EXPLORATION COMÉTAIRE DE L’ANTIQUITÉ A ROSETTA

L’exploration cométaire de l’Antiquité à Rosetta – par Janet Borg et Anny-Chantal Levasseur-Regourd

Editions du Nouveau Monde

Prix : 19,90 €

Dans l’histoire de l’astronomie, les comètes sont des astres à part, provoquant l’émerveillement ou bien au contraire l’effroi.

Des mots de Francis Rocard et Florence Chiavassa dans l’épilogue du livre, « Le ciel ne nous fait plus peur, car nous mettons des mots derrière les phénomènes autrefois inexpliqués ». Mais ce constat était encore un peu dans les esprits lors du passage de la comète de Halley en 1986.

Ce livre débute par un rappel historique des études et des observations des comètes depuis l’Antiquité. Les civilisations chinoises ont d’ailleurs réalisé un remarquable recensement de leurs apparitions sur la voute céleste.

Dès le XVIème siècle, les astronomes commencent à comprendre leurs orbites, mais il faut attendre le XVIIIème et les apports de Clairaut, Lalande et Lepaute pour avoir une idée vraiment très précise de leur orbite très elliptique ! C’est d’ailleurs en 1759, à quelques jours près et grâce au formidable travail de Nicole Reine Lepaute, que les 3 astronomes prédisent le retour de la comète de Halley.

Cette partie axée sur l’histoire de la compréhension des comètes, rend un juste hommage aux astronomes Nicole Reine Lepaute et également Caroline Herschel, dont le travail majeur n’a été reconnu que tardivement.

Les comètes sources de malheur, c’est ce que pensait une large partie de la population, notamment après la découverte en 1910, de cyanogène dans la comète de Halley. Cette découverte, mal relayée par les médias de l’époque et malgré les tentatives pour rassurer des astronomes, suscite quelque peu la panique de voir la fin de l’humanité arriver !

La seconde partie porte naturellement sur les débuts de l’exploration spatiale des astres chevelus. Et il faudra attendre les années 80 et notamment le lancement de la sonde européenne Giotto pour rendre visite à 1P/Halley (encore elle !).

Le succès est au rendez-vous, une partie mystérieuse de ces astres commence à être dévoilée et l’impact sur le public n’est pas négligeable. Les premiers résultats sur cette mission sont majeurs puisque pour les premières fois, les scientifiques peuvent apporter des éléments sur les caractéristiques de la comète (nature, composition…), sur la forme du noyau, son albédo, la composition de la chevelure…

Mais pour vraiment aller plus loin, il serait nécessaire de collecter quelques particules pour les analyser méthodiquement. Ce sera l’objet de la fin de cette seconde étape.

La sonde Giotto allait logiquement ouvrir la voix à d’autres missions cométaires comme Deep Space 1, Stradust (ou poussières d’étoiles pour me côté poétique), Depp Impact et pour finir, THE MISSION : ROSETTA !

Les auteures reviendront longuement dans la fin de la 3ème partie et dans toute la 4ème, sur cette mission majeure.

C’est en effet la première fois, qu’une sonde accompagnera une comète lors de son passage au plus près du Soleil et y larguera un atterrisseur (Philae). Jusqu’à maintenant, les sondes n’ont fait que croiser les orbites cométaires à quelques centaines de kilomètres et à grande vitesse.

Rosetta permettra de décortiquer la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. Les premiers résultats arrivent très vite mais le travail d’analyse des données collectées nécessiteront encore des années de travail.

Et que dire de l’impact sur le public ! Les prouesses technologiques réalisées seront suivies partout dans le monde par des millions de personnes. Du survol des astéroïdes, au largage de Philae (et de son atterrissage mouvementée) au repos éternel de Rosetta, toutes les étapes auront fait parler dans les grands médias nationaux.

MON AVIS :

C’est un livre passionnant et vraiment bien vulgarisé. Les auteures ont réalisé un formidable travail pour rendre ce livre accessible à un grand nombre.

C’est un livre qui se lit partout, bien structuré et qui nous plonge dans cet univers passionnant de l’exploration cométaire.

Je suis par contre un peu plus sur ma faim concernant les images. Autant la 4ème partie est richement illustrée, autant les premières en manquent cruellement ou ne sont pas mises en valeur. Aucune image n’est en couleur, certaines sont vraiment petites. C’est dommage de ne pas avoir mis l’accent sur ce point là. Le livre aurait pu être proche de la perfection (même s’il l’est dans le texte).

84736100601700l

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s